article-lou-bega-lol-nadine

Tout a commencé le 13 avril 1975 à Munich. Absolument, Munich, en Allemagne. Alors que l’on croyait tous que Lou Bega venait d’un pays latin, il venait en réalité d’un pays de l’est. Mais pourquoi pas. C’est à sa majorité que David Lubega part à Miami et découvrir le mambo. On est au début des années 90, là où le plus grand groupe du rap français Iam sortait son tube Je danse le mia. Mais Lou n’était pas trop du genre hip hop. Lui, ce qu’il aimait, c’est écouter de la musique rock, une playlist blues ou un bon album soul. C’est donc dans cette voix qu’il s’est orienté.

Il a fait un mix de tout ces styles, alliant le mambo aux sonorités dance. Et bim, ce fut un des artistes les plus convoités de sa génération. Les maisons de disques et labels se battent pour l’avoir. On lui propose tout un tas de projet : comédies musicales, leader d’un groupe de rock, on lui propose même d’intégrer le groupe Pink Floyd ou de chanter avec Ray Charles. Y’a pas à dire, l’afro allemand a le vent en poupe. Il a tout refusé, même un feat avec Lady Gaga ou un apéro avec Elvis. Il voulait faire carrière seul, avec son beat en main et ses hits en poche. On se souvient tous de son podcast collector sur une webradio locale, où il déclarait : « Mes musiques vont révolutionner la scène musicale. Tout le monde va s’arracher mes opus et je vais faire bouger les plus timides sur le dancefloor. Je peux d’ores et déjà vous dire que je sortirai sept albums, et tous seront récompensés et applaudis par mes auditeurs. Si vous écoutez mes titres musicaux, c’est sans doute que vous aimez les sons latino, avec un peu de groove, de disco et de pop-rock. ».

Ah, il avait du flair ce bon vieux Lou. Oui parce que c’est vrai, il a sorti sept albums. En revanche, aucun n’a été récompensé. Oupsi. Bon il se console avec le titre musical qui a lancé sa carrière, à savoir Mambo Number Five. Une petite pépite qui lui a valu d’être récompensé au Nrj Music Awards pour chanson internationale de l’année. Il a effectivement fait bouger l’industrie musicale en mélangeant un style des années 40’ à de la musique électronique. Son titre fait le tour des radios et on parle de lui partout : Jazz Magazine, radio Nova, Radio Salsa. Le berger du mambo allemand est connu comme le loup blanc. Son premier album A Little bit of Mambo sort dans la foulée, son vinyle aussi d’ailleurs. La pochette orange de son disque nous a particulièrement piqué aux yeux au début des années 2000. Il détient les meilleures ventes et détient la place de n°1 pendant 20 semaines, rien que ça.

Mais voilà, la concurrence est rude pour David. Il fait face au succès du chanteur funk Jamiroquai, du groupe punk Sum 41, du groupe rock électro Linkin Park et de la variété française avec Hélène Ségara avec son titre Elle, tu l’aimes. Pas facile donc de se frayer une place de choix dans les compilations du Hit Machine de Charly et Lulu. S’en est suivi son deuxième album intitulé Ladies and Gentlemen, qui nous rappelle étrangement la première phrase de son tube. Il enchaîne les tournées avec musicien et danseuses. Il tourne même avec Cher dans 22 villes, la classe. Son second CD audio est donc l’enchaînement logique de sa carrière. Deux ans plus tard, son troisième album sort dans les bacs. A l’air où internet commence à pointer sérieusement le bout de son nez, Lou bega est sur le devant de la scène en se représentant devant son public, un public qui l’a choisi parmi les genres musicaux à succès de l’époque. Ses mélodies se ressemblent un peu toutes mais on aime bien, c’est chantant, ça sent l’été est les Mojitos. On ne voit d’ailleurs pas un nouvel an sans ces musiques d’ambiance qui font la joie des danseurs les plus aguerris.

Un an se passe avant la sortie de son nouvel album, Mambo Mambo : the best of Lou Bega. Oui mais voilà, le public s’essouffle et commence à se dire qu’on a fait le tour du chacha. A l’heure où les Corneille, Aguilera, Soprano et autre Taylor Swift font le show, Lou bega se sent un peu emprisonné dans son genre musical. Il tente alors de convaincre les programmateurs pour faire partie de la tournée des festivales, il veut être dans la compilation de l’été de Fun radio et donne même des interviews dans les magazines de Rock indé pour être visible. Mais ça ne marche pas des masses à vrai dire. Ses singles sont décevants et la programmation musicale ne l’attend plus. Il figure dans quelques playlists des années 2000 et même dans Apple Music, donc c’est quand même pas mal.

citation-loubega-lol-nadine

Il n’a jamais lâché, si bien qu’il a sorti trois autres albums depuis, inconnus certes, mais bien réels. Il s’s’inscrit dans la légende avec un tout premier ep qui l’a fait connaître dans le monde entier. Sur son site officiel, on en apprend plus sur son actualité musicale. On vous révèle en exclusivité la sorti d’un nouveau single, et d’un nouveau clip haut en couleur, avec une reprise de la célèbre musique Scatman. Evidemment, tout est mixé à la sauce mambo dance. C’est ainsi qu’il espère faire vibrer de nouveau le public. Ok il n’est pas compositeur, mais c’est un interprète indéniable. Et il faut avouer qu’il n’a pas changé non plus. On n’arrive pas à savoir si c’est triste ou bon signe. Enfin, on n’oubliera pas ses pas de danse mambo, sa voix de gospel et ses musiques latines.

A l’instar d’une légende, c’est en 2019, tout comme Rambo, que Lou Bega a annoncé son grand retour. Affaire à suivre.

signature-lol-nadine

Nouveau compte S'inscrire